Veille Watch :


Liens Links:









Contact information:

Email: electropublication@gmail.com

Editor : Th. TEULE

France

www.electropublication.net

Joël de ROSNAY « L’homme symbiotique » Seuil, 1995

En prenant appuis sur les theories de la complexite, reunissant cybernetique, biologie et systemique, Joel de Rosnay pose les bases d'une approche scientifique de la complexite en marche avec les technologies de l'information contemporaines, de l'ordinateur a Internet, en immersion dans nos societes . Ce qui donnera plus tard son ouvrage La revolte du pronetariat (fayard 2006).

L’intelligence des réseaux

« La règle de base peut s’exprimer de la manière suivante : une multitude d’individus agissant en parallèle et de manière simultanée à partir de règles simples peut faire émerger un comportement collectif intelligent susceptible de résoudre les problèmes globaux qui se posent à la communauté »1.

Au travers d’exemples d’organisations prises dans la nature (insectes, molécules) « on voit progressivement prendre corps une approche générale des mécanismes d’auto-organisation. Une approche qu’il semble pertinent d’appliquer aux sociétés humaines afin d’éclairer la vision prospective des formes possibles de leur organisation »2. Et l’ordinateur est l’outil adapté à cette perspective : « l’ordinateur-macroscope contracte ou dilue le temps et l’espace, rendant perceptible des évolutions trop lentes ou trop rapides pour notre cerveau »3. Ainsi il « apparaît plus que jamais comme l’outil d’observation de la complexité et de la dynamique des systèmes en temps réel »4.


La complexité


Le schéma de la complexité est simple : toute organisation est menacée de désordre, de chaos (qui l’entraîne vers l’anarchie, la dissolution), et par l’ordre rigide, statique (qui signifie sa mort à terme par manque d’évolution, d’adaptation). Entre ordre/désordre se situe la complexité, entre l’organisation définitive et les interactions dynamiques à son origine : pouvoir les capter, les identifier, les contrôler, est la tâche de la complexité, dans cet espace idéal fondateur (entre nature et société...). Mettre la main sur cette zone, ce temps de formation des organisations est le but de la nouvelle science afin de piloter le devenir du genre humain. Et c’est la théorie du chaos qui entreprend cette mission.


La symbionomie


C’est le processus d’évolution de tous les systèmes organisés (des atomes aux molécules, cellules, organismes, populations, sociétés, écosystèmes). 12 étapes marque de process :

- agent : opérateur individualisé doté de fonction lui permettant d’agir sur l’environnement (molécule, homme, entreprise...)

- liaisons : interaction entre agents
- reproduction : les agents sont capables de coder et reproduire leurs structures et fonctions

- renforcement : les échanges entre agents sont valorisés (ou éliminés) par renforcement (ou inhibition) de certaines liaisons ou boucles de régulation

- réseau : agent, liaisons et échanges constituent des réseaux

- chaos : la dynamique des interactions conduit à des fluctuations aléatoires générant une grande variété d’états, de saturation ou comportements imprédictibles.

- amplification : certains états et situations sont amplifiés par rétroaction positive et acquièrent la vitesse des dynamiques (ex : explosion démographique, panique boursière)

- autosélection : l’accélération résultant des mécanismes d’amplification isole le système dans une bulle temporelle de forte densité d’autres systèmes en évolution. Le système s’autoseléctionne par exclusion compétitive des systèmes concurrents (sélection naturelle Darwinienne, marché...)

- organisation : c’est un système individualisé capable de maintenir sa structure et son fonctionnement (via l’interaction globale des agents le constituant)

- émergence : ce système complexe conduit à l’émergence de structures, propriétés, fonctions imprédictibles

- transmission : toutes les informations générées par ce système sont mémorisés par les agents et transmisent aux nouvelles générations par codage matériel ou immatériel.

- symbiose : association d’organisation ou organismes conduisant à un avantage mutuel des parties (ex : la ferme est l’unité symbiotique que partage l’humanité pour sa survie : pour y arriver il ;a fallut maîtriser les plantes, animaux, réutiliser l’humus pour survivre...).


1 Joël de Rosnay, « L’homme symbiotique », Seuil, 1995, p.47

2 Idem, p.55

3 p.45

4 p.55 


1  2  3  4



autres fiches de lectures :



jacques ELLUL systeme technique


sociologie du telephone portable

e-commerce


web 2.0 Rosnay