Veille Watch :


Liens Links:









Contact information:

Email: electropublication@gmail.com

Editor : Th. TEULE

France

www.electropublication.net

Joël de ROSNAY « L’homme symbiotique » Seuil, 1995

Symbiose : association se réalisant au bénéfice mutuel de 2 ou plusieurs organismes différents. Sans relation symbiotique la vie sur Terre n’existerait pas (ex : parasites associés aux mammifères, fleurs/abeilles, hommes/plantes-légumes)


Dans la Symbionomonie « l’homme peut contribuer à la synthèse et à l’émergence d’une macro-vie planétaire en symbiose avec les cycles naturels de la planête »1 .


Exemples de symbioses :

l’automobile : l’homme entretient le park auto, extrait de l’énergie qui les nourrit, construit des routes pour la circulation, des garages pour leur réparation, des usines pour leur reproduction...en échange les voitures retournent aux hommes la vitesse de déplacement accrue, efficacité d’action, liberté de conquête de l’espace, plaisir, statut social, mais peuvent aussi générer pollution, accidents, maladies du corps.


L’homme et sa maison vivent une relation symbiotique.


Le rôle des interfaces, comme système réunissant 2 mondes distincts (sorte de synapses du cerveau planétaire) et assurant la transmission d’information dans les 2 sens.

Exemple d’interfaces : la télécommande, la souris, le bouton ON/OFF, les interrupteurs. Le modem réunit ordinateur et téléphone. Les assistants personnels...la reconnaissance vocale, gestuelle, sémantique...les interfaces les plus naturelles de l’homme avec ses semblables (parole, écriture, visage, aspect extérieur, vêtements sont aujourd’hui abordables par les ordinateurs ! « les cerveaux des hommes interconnectés par les réseaux construisent le cerveau planétaire du cybionte (...) la relation cerveau biologique/cerveau électronique revêt une signification psychologique et philosophique particuliers. C’est l’interface ultime entre l’homme et la machine »2.

L’ergonomie est la science des dispositifs d’interface hommes/machines et la bioélectronique son application parfaite : capter à la source, dans le cerveau, les impulsions codées et les traduire en langage compréhensible par l’ordinateur (ex : commander un écran par le regard, stimuler l’organisme par les biopuces). La miniaturisation et la microinformatique influe dans ce sens (les images TV sur portable, les prothèses électroniques, l’immersion dans la réalité virtuelle).Pour ROSNAY l’avenir s’avance dans cette relation symbiotique homme et technologies, société et technosphère : « déjà un 6e sens est en train de naître de l’interaction avec des images de synthèse au sein des mondes virtuels. Une étape qui va bouleverser la relation imaginaire/réel »3

1 p.108

2 p.117

3 p.133

Ainsi « l’espèce humaine est engagée dans un défi sans précédent : construire de l’intérieur un organisme ouvert d’un niveau d’organisation supérieur à celui de sa propre entité »1. Un organisme, le cybionte, appelé à devenir partenaire symbiotique de l’homme (auquel personne, ni philosophie, ni religion, ni politique ne nous a préparé).


Le Cybionte (II)


Structurellement le cybionte se retrouve dans les villes, transports, entreprises et se développe en mondialisation. C’est un organisme planétaire unique, un cerveau planétaire en état de développement (via Internet aujourd’hui) qui fonctionne par l’intermédiaire des hommes : le cyberespace est le monde virtuel qui né des infos échangées par les hommes dans les réseaux, il crée de nouvelles formes d’échanges (citoyenneté, commerce, culture). La navigation est son mode de circulation (hypertextes, hypermédias). Il y a avènement de l’introsphère « sphère du virtuel manipulable par l’esprit, les sens, les actes »2, nouvel espace de l’imaginaire et du rêve éveillé.


1 p.145

2 p.175


1  2  3  4



autres fiches de lectures :



jacques ELLUL systeme technique


sociologie du telephone portable

e-commerce


web 2.0 Rosnay