Veille Watch :


Liens Links:









Contact information:

Email: electropublication@gmail.com

Editor : Th. TEULE

France

www.electropublication.net

Pierre LEVY «  Cyberdémocratie », Odile Jacob, 2002.

Et nombreux sont les nouveaux usages générés par Internet et orchestrés par les communautés en ligne : services de proximités, commerce, éducation, vie associative et culturelle ...toutes choses réclamant une meilleure coopération vers des buts sociaux, appelant une réelle transparence, une ouverture à « l’autre ». LEVY les nomme « communautés ingénieuses », ce sont aussi les villes virtuelles , les « digital cities ».

Car classiquement aussi les centres du pouvoir politique sont localisés dans les villes qui ont fonctions d’accumulation, d’interconnexion et de gouvernement. Aujourd’hui il y a transfert de certaines fonctions de la ville réelle au cyberspace, comme la fonction d’interconnexion. Et les gouvernements encouragent aujourd’hui l’administration en ligne, pour les citoyens ou les entreprises. D’autant plus que l’analyse de l’action politique, par les internautes eux-mêmes, est très présente sur la toile (forums etc.).


Communautes virtuelles : les fondements d’une cyberdémocratie


Pour l’auteur depuis 1990 la disponibilité d’émetteurs satellites portables a permis aux journalistes de relayer, en instantané, audio et visuel, tous les événements du monde, faisant émerger en force une opinion publique globale sur des événements mondiaux.

C’est la prophétie de McLUHAN d’une « conscience globale », fruit des médias électronique, qui est réalisée. Et avec Internet toute organisation peut se structurer, pour ou contre, des informations mondiales avec beaucoup de facilités. On passe d’un internationalisme organisationnel à un internationalisme communicationnel.


A ce stade Pierre LEVY donne pour exemple les oppositions entre les courants « mondialistes » (américains) et les anti-mondialistes (anti-américains) ou encore les  « pour ou contre » Internet . De toutes les façons « l’un des grands mots d’ordre de la cyberdémocratie, aussi bien dans un camp que dans l’autre, est la lutte contre l’exclusion, la fracture, le devide » p.158. (digital devide).


En définitive la cyberdémocratie à pour conséquence :


- De faire peur aux dictatures

- De permettre l’avènement d’une république de connecteurs


«  Le grand outil cyberspatial, bien commun, permet de piloter par la consommation, l’investissement et le travail coopératif une vie économique placée sous le signe de l’intelligence collective (...) tout ce que nous faisons envoie un message » p. 173.


Et le grand espoir de la cyberdémocratie réside dans la perspective d’une loi, une justice et un gouvernement planétaire car « le sens le plus profond du mouvement contemporain de mondialisation est la réunification de la famille humaine » p.180. Pour LEVY il faut en effet une loi pour clarifier la diversité, les conflits actuels. Le cyberspace en tant qu’outil le permet : « nous pensons (...) renvoyer la guerre à la préhistoire de l’humanité » p.188. C’est la condition non pas de la fin de l’histoire « mais du commencement de la véritable histoire » p.189.



Avec la cyberdémocratie il faut une nouvelle forme d’Etat. Trois événements majeurs y invitent : la mondialisation ; la montée du libéralisme ; l’émergence de la société de l’information (ou « utilisation de l’intelligence collective »).


Ces trois tendances pointent vers un Etat universel, cyberdémocratique et transparent.


Ses deux missions seraient : perfectionner l’intelligence collective globale en étant médiateur entre différents acteurs sociaux ; fournir à l’intelligence collective de la société un métaniveau de réflexion, régulation et gouvernance.


Ses trois fonctions : justice ; régulation/redistribution ; piloter la biosphère


Ses réalisations : offrir aux citoyens des agoras virtuelles, des bases de données


Il comprendrait quatre niveaux (mondial, continental, national, régional) et divers modes : l’espace public des auto-médias ; les agoras virtuelles ; le vote électronique ; l’administration en ligne ; le parlement électronique.


1  2  3  4



autres fiches de lectures :



société en réseaux


geographie d'un réseau

société hypertexte


brigitte juanals