L’homme symbiotique, Joël de ROSNAY – Fiche de lecture 4

By | 31 décembre 2006
l'homme symbiotique rosnayDernière partie de l’essai de Joël de ROSNAY sur les mutations techno-anthropologiques qui adviennent avec la montée en puissance des technologies de l’ordinateur couplées aux technologies du vivant et de la société.Ainsi « la combinaison des cerveaux individuels, des agents intelligents (intermèdes de l’homme dans le cyberespace) et du mental du cybionte crée un écosystème informationnel dont le développement paraît désormais irréversible. Une intelligence collective nait de ce fonctionnement »3. Le macro-organisme qui émergera sera supérieur à l’espèce humaine au XXIe siècle ! « Avec la découverte des principes unitaires de la nature et des règles de l’évolution symbiotique, on dispose désormais de repères et balises »4. Pour se faire l’homme doit abandonner une partie de sa souveraineté et du contrôle qu’il exerce sur divers niveaux inférieurs d’organisation du cybionte : il doit « subsumer ».

L’efficacité des réseaux symbiotiques

 la rétroaction sociétale

l’avenir est aux micro-formes coéllaborées de « gouvernance » (pour pallier à la désaffection du politique dans nos sociétés trop complexes) et comme il est indispensable de mesurer les effets des actions et de les comparer aux autres (le fameux retour d’info) la boucle rétroactive des réseaux est essentielle.- l’interactivité électronique : les jeux, sondages, émissions TV spéciales…« Dans l’optique de l’évolution symbionomique, la coordination des actions individuelles par rétroaction collective est un des éléments de base du comportement intelligent du cybionte »1. La figure-type de cette évolution sera le « surfeur ». En définitive, Internet + unimédia interactif = explosion des activités humaines dématérialisées « au delà de la noosphère se crée ainsi progressivement l’introsphère, le mental du cybionte »2. Ainsi « Biosphère, technospère, noosphère, introsphère sont les étapes successives de la dématerialisation »3 .

Culture fractale

Il y a « médiamorphose » de l’information vers l’immatériel et développement d’une culture fractale des individus : « chacun, selon la diversité de sa culture, construira un genre de la totalité hypertextuelle, car cette forme de culture sera connexioniste »4. Le nouveau paradigme culturel de la complexité va de l’analytique au systémique et est « catalysé par les NTIC et la pénétration de la culture biologique et économique dans les structures issues d’une vision mécaniste héritée du XXe »5 . Cette culture fractale est un germe de culture globale, combinant raison et sensible (comme l’atteste par ex l’étude d’un point de vu fractal des oeuvres de MOZART). C’est l’ère de la communication fractale (génie, intensité, raison + sentiments).

Temps fractal

Une vision symbionomique du monde constitué de bulles temporelles en évolution change radicalement la conception traditionnelle de la place de l’homme et son évolution. Il y a « coévolution de bulles temporelles fractales autonomes »6 dans le monde par détournement du temps principal de référence (dans le process d’accélération de l’info et de création d’espaces organisés autonomes . EX : le cybernaute, le paysan du midi sont contemporains mais différents). Le temps fractal possède des degrés d’intensité différents et une bipolarisation : il peut-être temps d’explication/implication, d’observation/action, copie/création « mais contient (en plus) 2 aspects d’une même réalité, 2 visions complémentaires du monde, divergent/convergent, un commencement et un aboutissement simultanément présents dans un même temps fractal »7.Ainsi « l’homme symbiotique est pleinement conscient de la pensée partagée du cybionte »8 car il est émergence de sa pensée et il a en retour mis en place les relais de perception d’une pensée globale.

3 p.179

4 p.187

1 p.209

2 p.237

3 p.314

4 p.282

5 p.284

6 p.309

7 p.323

8 p.324