Internet. Après l’utopie

By | 2 octobre 2010

Critiques de l’Internet

Après le débat technophiles/technophobes l’analyse sociologique de l’Internet s’est principalement développée en une micro-sociologie des usages, quasi extensible à l’infini, rendant peu lisible une quelconque généralisation théorique du « paysage » de l’Internet. D’ailleurs est-elle possible, semble nous dire l’article.

Pour accompagner sa lecture on voudra juste préciser que Michel Béra et Éric Méchoulan (in « la machine Internet », 1999) tenaient surtout dans leur livre un propos  désabusé sur la marchandisation de l’Internet et ses « greniers de données » (et ce, déjà avant la naissance de Google) et que Andrew Keen est surtout intéressant quand il témoigne de la césure intervenue lors du fameux O’Reilly camp de 2004 (fondateur du Web 2.0) entre ceux qui, comme lui, pensaient démocratiser la culture avec l’Internet et ceux qui voulaient démocratiser les médias .

Ajouter aussi que « les recherches sur les phénomènes Internet » sont loin d’être arrivées à maturité car elles prennent plutôt un nouveau départ, montent d’un niveau, avec l’utilisation de méthodes d’investigation marquées « web sciences »…