Intimité panoptique. Internet ou la communication absente

Article de Magali UHL, « Intimité panoptique. Internet ou la communication absente », pp. 151-168 – Note de lecture

cahiers internationaux sociologie« A travers les figures contemporaines de la communication de masse sous toutes ses formes et par le biais des principaux médias électroniques (webcam, forums, chat, ICQ…) on peut faire ici l’hypothèse de la transformation possible de la socialité, plus précisement des formes sociales de notre être-là (SIMMEL) dans 3 domaines” :

– le rapport entre l’image et le réel qu’elle figure (pouvoir, séduction, mouvement, fascination)

– le rapport à la vie quotidienne métamorphosée en panopticon généralisé (où le souci de l’authenticité de Dire supplante le sens du message, où frontière public/privé est abolie, où l’expression spectaculaire est la valeur essentielle, le lien signifiant d’un espace psychique sacralisé)

– le rapport à l’altérité (avec l’indistinction « je » et « tu » de la réalité/fantasme, soi/monde, présence/absence…)

« Goffman dans La mise en scène de la vie quotidienne tome II a proposé une typologie des territoires du moi. Ces territoires de l’intimité définissent à la fois des espaces d’expression personnelle, des lieux privés, des territoires de la possession, des domaines réservés…Bref ces divers espaces situationnistes ou égocentriques organisent la séparation entre sphère publique, ouverte à autrui, et sphère privée, protégée des regards extérieurs »1. Mais aujourd’hui, avec les nouveaux médias ?

– Internet (permet d’établir une communication privée mais avec des possibilité de médiation publique comme avec les forums !

– les images aussi, ont cette double dimension public/privé avec le Net

– le P2P montre encore plus ce paradoxe

Un véritable dispositif panoptique est en place avec le couple voir/être vu des NTIC.

electro