La société en réseau I. L’ère de l’information, Manuel CASTELLS – Fiche de lecture 3

Historique de la révolution informationnelle

castells societe reseaux

  • 2e guerre mondiale : boom électronique
  • après 1970 : diffusion des nouvelles techno d’info
  • La micro-électronique :

1947 : invention des puces (semi-conducteurs)

1957 : invention du circuit intégré

1971 : micro-électro + machines : micro-processeur (ordinateur sur 1 puce)

  • Le micro-processeur :

1971 : naissance

1976 : APPLE macintosh

1976 : Microsoft

1981 : PC IBM

  • milieu des 80’s : fonctionnement en réseau des ordinateurs pour développer les puissances de calcul et baisse des coûts de traitement de l’information .
  • Les télécommunications :

innovation micro-électronique et puissance de calcul demandent des réseaux que fournissent les télécom en proie à des innovations depuis les 70’s : innovation dans la fibre optique, réseaux numériques, spectre radio, satellites… ont donné accès aux protocoles TCP/IP qui sous-tendent les autoroutes de l’information.

  • Le système des technologies informationnelles :

Il s’est mis en place depuis les 70’s avec comme point commun que les technologies informationnelles « se fondant principalement sur des connaissances existantes et prolongeant des technologies clés, représentent un bond en avant qualitatif dans la diffusion massive des applications commerciales et civiles de la techno, grâce à leur disponibilité et à la baisse des coûts, doublée d’une amélioration de la qualité »3. Fait décisif : c’est en 1969 que l’ARPA a mis en place un réseau de communication électro-révolutionnaire qui est devenu l’actuel Internet. Invention facilitée par le TCP/IP, protocole d’interconnexion des réseaux.

  • Le génie génétique :

Couplé aux super-ordinateurs il fait des progrès incroyables. S’y manifeste là le paradigme des techno infor (avec ses dangers).

3 p.71

Contexte social et dynamiques du changement technologique

Le choc pétrolier de 73 et le recours à l’innovation ; l’engagement militaire (guerre froide) …sont des arguments trop courts pour CASTELLS : « il semble bien que l’émergence d’un système techno nouveau ds les 70’s soit le fruit de la dynamique autonome de la découverte et de la diffusion techno, y compris les effets synergiques entre diverses techno clés (*explication un peu facile : l’autogénération !) (…)En revanche (la technologie), lorsqu’elle s’est formée en système, sur la base de la conglomération que j’ai décrite, son développement et ses applications, et finalement son contenu, ont été modelés de façon décisive par le contexte historique dans lequel elle s’épanouit »1.

Ainsi, « l’essor de la société en réseau ne peut se comprendre en dehors de l’interaction entre ces 2 tendances relativement autonomes : le développement de nouvelles techno d’info et l’effort de la société pour se réorganiser en mettant le pouvoir de la techno au service de la tecno du pouvoir. Le résultat histo de cette stratégie à demi consciente reste néanmoins largement incertain »2.

Caractéristiques de la révolution informationnelle

Elle est américaine, Californienne même (CF. Silicon Valley), rencontre d’ingénieurs et scientifiques en ce lieu, d’un marché garanti (généreusement financé par la Défense), et d’Universités prestigieuses (Stanford) : Il y a là formation de « milieux d’innovation » (matière grise), constitution « d’infrastructures de développement » (concentration géographique d’énergies centre de recherches, institutions, réseaux d’échanges).

La Silicon Valey est un modèle social, culturel et géographique d’innovation copié dans le monde entier (avec des particularités) : en Europe, la révolution de l’info se concentre dans des métropoles (Paris sud, Londres, munich) car il y a nécessité de générer une synergie du savoir et de l’information directement applicables industriellement et commercialement (et pas seulement de la nouveauté) ; au Japon, en Europe ou en Chine les modèles de dévelopmeent st très différent du modèle américain (au Japon c’est l’Etat avec le MITI qui a structuré l’économie et non les universités comme aux E.U)

C’est en fait cette interface entre les programmes de macrorecherche et les grands marchés développés par l’Etat d’une part, et l’innovation décentralisée stimulée par 1 culture de créativité technologique et les exemples de réussite personnelle d’autre part, qui a fait fleurir les nlles techno de l’info » .Ce faisant elles se st agglomérées autour de réseaux d’E., d’organisation et d’institutions pour constituer un nouveau paradigme sociotechnique3 ».

1 p.76

2 p.77

3 p.86

electro