0

hausse de température dans le web-mining

plusieurs décisions prises par les Géants du Web début 2012 venaient soudainement nous réveiller, nous, internautes qui gravitons avec tant de facilités en leurs services accueillants et si souvent gratuits  :

– En Janvier un article du site Seobook  – signalé par Laurent Bourrelly –  suggérait que Google allait vendre au privé en Espagne les données reccueillies sur les internautes dans le domaine du tourisme et de l’hôtellerie.

– En Février Twitter a vendu nos données à 2 sociétés de web mining

– Le 1er Mars Google à unifié sa politique de confidentialité concernant tous ses services et s’autorise publiquement au croisement de nos données (en passant, voila la raison pour laquelle je viens d’abandonner mes Gmails).


Dans la foulée quelques petites remarques :

pour unifier les 3 informations précédentes j’ajoutais que, puisque Twitter utilise Google Analytics comme outil statistique de mesure de son audience (comme nous le montre le code source de notre page de tweets), Google n’a jamais eu un réel besoin de se fatiguer à acheter Twitter (sauf à l’empêcher de se faire acheter par Facebook ou Microsoft). Le sujet fut pourtant récurent ces dernières années

Par ailleurs, avec son “Search Your World” Google voulait afficher les résultats de  Google+ dans les SERPS (résultats de recherches de son moteur), ce qui allait alourdir encore plus une page qui comprendra donc : les résultats de recherches naturels, Google Adwords, Google Images, Gmaps (pour les requêtes géolocalisables), Youtube, Google Shopping, Google News et maintenant Search Your Word…Sans oublier le jeu de l’historique.
Ce n’est plus un moteur de recherche que nous avons là mais une floraison numérique !
Beaucoup de critiques se font sentir d’ailleurs.

Sauf que cette réaction me donnait une idée : et si Google ne s’adressait plus finalement qu’aux jeunes, aux fameux “natifs du numériques” férus de réseaux sociaux et de recherche polysémique dont j’ai reparlé la dernière fois ?…  Et s’il tournait progressivement le dos à la génération qui a fait son succès en tant que moteur de recherche dans les années 2000, c’est-à-dire Nous ?…

Sociologie des algorithmes

A titre d’information, un séminaire allait avoir lieu à Lyon comprenant une intervention intitulée “sociologie des algorythmes ” par Tarleton Gillespie de la Cornell University. Il m’intéressait au premier chef car je travaillais de manière théorique et pragmatique sur plusieurs aspects de cette thématique là…

electro

Leave a Reply