humains et bots en mode co-construction du sens sur Google Search

By | 31 janvier 2018

Dans une présentation déjà datée mais si utile,  intitulée  « Introduction au capitalisme linguistique » , Frederic Kaplan, Professeur en Digital Humanities , pose la problématique d’un search chez Google – sous très forte influence – et son impact cognitif possible chez les usagers de Google : la technique est toujours ambivalente disait Jacques ELLUL .

Quelques biais cognitifs des usages de Google Search

L’auteur décrypte les usages par les internautes du moteur de recherche :

p.34 : quand les internautes cherchent dans Google, ils suivent souvent les requêtes émises par les autres avant eux (fonctionnalité « suggest ») et même s’arrêtent aux résultats monétisés présentés dans Adwords.

Autre phénomène qui donne sa teneur particulière à ce milieu cognitif représenté par les résultats de recherches de Google,  KAPLAN souligne la présence exponentielle des « bots », non-humains, qui produisent des connaissances indexables par le moteur de recherche  : par exemple les 2/3 des documents de Wikipedia sont écrits par des bots, toutes sortes de bots.

Bots et humain alimentent donc « la base de données de nos intentions » (Cf. John Battelle)  interprétée par des algorithmes…cette mixité est l’avenir que l’usager ignore le plus souvent.